4 et 5 juin 2019 – Workshop „Méthodes“

Mardi 4 et mercredi 5 juin, un workshop centré sur les méthodes expérimentales rassemblera, au Centre Marc Bloch (Salle Simmel), les contributeurs à deux projets de recherche qui ont en commun d’avoir mobilisé des „jeux de cartes“ comme support d’enquête. Il s’agit des projets „Décrire la Société“ (Laure de Verdalle) et „Cultures Pénales continentales“ (Fabien Jobard et Bénédicte Laumond).
 
Programme :
 
Mardi 4 juin : Présentation des dispositifs d’enquête (salle Simmel)
 
14h-15h : Présentation du projet Décrire la société
15h-15h30 : Discussion
 
15h30-15h45 : Pause
 
15h45-16h45 : Présentation du projet Cultures pénales continentales
16h45-17h15 : Discussion
 
17h15-18h : Échanges autour de la comparaison des deux dispositifs d’enquête et préparation des discussions transversales du mercredi.
 
Mercredi 5 juin : Jeux et enjeux de connaissance (salle Simmel)
 
9h30-10h45 : Analyser le rapport au jeu et la relation d’enquête
10h45-11h15 : Ce que nous apprend la pluralité des manières de jouer
 
11h15-11h30 : Pause
 
11h30-12h30 : Portée et limites des dispositifs / articulation des données quantitatives et qualitatives
12h30-13h15 : Mettre en œuvre des jeux de cartes dans un dispositif de comparaison internationale
 
13h15-14h30 : Déjeuner
 
14h30-15h30 : Perspectives

3 juin 2019 – Les classes sociales en Europe

Lundi 3 juin, à 18, salle Simmel, Cédric Hugrée (Cresppa-CSU, CNRS) présentera son ouvrage, co-écrit avec Etienne Pénissat et Alexis Spire, Les classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent (Agone, Paris, 2017).

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur :

Cartographie des inégalités sociales (niveaux d’éducation, logement, pratiques culturelles…) au-delà du revenu : une synthèse inédite des classes sociales à l’échelle européenne

Les classes populaires européennes ont été touchées de plein fouet par la crise : l’expérience du chômage et de la précarité fait partie de leur quotidien et constitue un marqueur qui les distingue des autres classes. Un autre trait récurrent est la pénibilité physique au travail, qui touche davantage les actifs peu ou pas qualifiés dans la quasi-totalité des pays européens. Pourtant, ces inégalités dans le monde du travail n’ont guère été prises en charge politiquement : la délégitimation du monde ouvrier s’est accompagnée d’une occultation de la déstabilisation des classes populaires.

Ces trente dernières années, les contours de l’Europe n’ont cessé de s’élargir, contribuant à y rendre plus visibles les inégalités. Experts et journalistes analysent ces évolutions à l’aide d’indicateurs de performance économique – productivité, taux de chômage – sans jamais s’interroger sur les conditions de travail ou les disparités selon les couches sociales. Dans un contexte où la crise économique et les réponses néolibérales incitent les peuples à se replier sur chaque espace national, il est temps de se demander ce qui rapproche et ce qui distingue les travailleurs européens. À partir de grandes enquêtes statistiques, cet ouvrage prend le parti d’une lecture en termes de classes sociales : contre la vision d’individus éclatés touchés par la crise, l’objectif est de rendre visibles les rapports de domination entre groupes sociaux. Une étape préalable nécessaire pour explorer les conditions de possibilité d’un mouvement social européen.