A propos de la Summer school “Nature and progress” : faire dialoguer les critiques, entre philosophie et sciences sociales

Du 28 septembre au 1er octobre de cette année s’est tenue au Centre Marc Bloch une Summer School consacrée thème « Nature and progress », en coopération avec l’Institut pour la recherche sociale et le département de philosophie de la Goethe University à Francfort. Face au caractère passionnant mais à bien des égards vertigineux de la question des liens entre nature et progrès, le format choisi pour cette Summer school, plus qu’une suite de conférence ou de séminaires, a été celui de la discussion collective de textes choisis en amont. Chaque matinée, les participant-es divisé-es en deux groupes lisaient et discutaient ensemble deux ou trois textes avant de procéder l’après-midi à une restitution : ont ainsi par exemples été lus un extrait de Race et histoire de Lévi-Strauss face un texte d’Amy Allen ; un article de Bruno Latour en regard d’un autre d’Andrea Malm ; ou encore des extraits des Manuscrits de 1844 et du Grundrisse de Marx et de Caliban et la sorcière de Silvia Federici. L’idée n’était pas tant de produire un commentaire comparé des textes proposés que de faire surgir de leur confrontation des interrogations nouvelles ; ou de montrer comment cette confrontation pouvait précisément faire émerger de nouveaux problèmes épistémologiques, qui n’étaient jamais séparés des enjeux contemporains. Chaque journée était ainsi orientée vers un axe ou une question plus précise sous-jacente à la problématique des liens entre nature et progrès : les liens entre nature et culture, la question du progrès proprement dite, ou enfin celle de la crise écologique.

Discussion collective de textes de Braidotti et Canguilhem le 28 septembre – Centre Marc Bloch, Berlin, 28/09/2022

La discussion et le dialogue philosophiques étaient donc le coeur de cette Summer school : discussion entre des étudiant-es, doctorant-es et chercheur-euses issu-es de  pays différences, de différents champs académiques : philosophie, sociologie, sciences sociales, physique, biologie ; discussion entre  chercheur-euses et des textes issus de différentes traditions et orientations philosophiques parfois présentées comme irréconciliables, principalement l’anthropologie sociale française et la théorie critique allemande : on lisait ainsi par exemple conjointement et en regard un extrait de la Dialectique négative d’Adorno et de Par delà nature et culture de Descola. Il ne s’agissait toutefois pas tant d’opposer que de comprendre comment les pensées et les textes pouvaient se nourrir les uns les autres, d’examiner ce que leur confrontation pouvait dire ou produire.

 

Martin Saar discute avec Frederick Keck autour du thème “Nature et progrès dans l’anthropologie sociale et la théorie critique” – Centre Marc Bloch, Berlin, 30/09/2022

Chaque soir, des chercheur-euses invité-es venaient parler de leurs recherches et de leurs travaux en lien avec les thématiques de la Summer School. Le 28 septembre, Dr. Philip Hogh (Kassel University) a ainsi interrogé la question des liens entre nature, progrès, et le problème de la téléologie dans la théorie critique ; et le lendemain le Dr. Susanne Lettow (FU Berlin) et Dr. Cornelia Möser (CNRS/CMB) ont discuté, à la lumière de théories féministes contemporaines, du problème de la temporalité et de l’émancipation dans les relations entre nature et société. Dans ces discussions du soir, l’échange entre des traditions et d’orientations philosophiques divergentes était là encore privilégié : la conversation du 30 septembre entre Dr. Frederick Keck (CNRS/EHESS) et Dr. Martin Saar (Université Goethe) sur le thème « Nature et progrès à travers l’anthropologie sociale et la théorie critique » — où la différence, voire la divergence entre ces deux héritages philosophiques que sont l’héritage de théorie critique francfortoise et celui de l’anthropologie sociale française, apparaissait plus vivante que jamais — a montré la fertilité en même temps que la difficulté d’un tel exercice.

Car en effet au cours de la Summer school, l’exercice était parfois difficile, le dialogue semblait entre certains textes plus aisé qu’avec d’autres ; mais c’est aussi cette difficulté qui a rendu cette Summer school si stimulante, et si fidèle aussi, à l’ambition du pôle « Pensées critiques au pluriel » du Centre Marc Bloch : explorer de manière interdisciplinaire les différentes formes de la pensée critique contemporaine ; réfléchir aux lectures, aux relectures et aux interprétations des différentes théories et appareils conceptuels, interroger l’ambivalence des relations entre philosophie et sciences sociales et la perméabilité de leurs frontières pour questionner, également, les mutations des sociétés contemporaines et la possibilité de nouvelles épistémologies. 

Restitution collective avec Frederick Keck, Centre Marc Bloch, Berlin, 01/10/2022

Autrice: Zoé-Mary Roulier

Retrouvez la Summer School sur theorieblog: https://www.theorieblog.de/index.php/2022/12/mehr-fortschrittskritik-wagen-tagungsbericht-zur-summer-school-natur-und-fortschritt/



Diesen Blogbeitrag zitieren
zoemr (2022, 7. November). A propos de la Summer school “Nature and progress” : faire dialoguer les critiques, entre philosophie et sciences sociales. Kritisches Denken im Plural. Abgerufen am 26. Mai 2024, von https://doi.org/10.58079/qnfs

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.